Congress 2008

Nouvelle violence ou nouvelle perception de la violence?

Les actes de violence sont inhérents à l'histoire de l'humanité, aussi loin que nous puissions remonter. Il apparaît cependant que la phénoménologie et l'appréhension des actes de violence ont récemment changé de façon décisive et sont désormais l'objet de controverses, tant pour les sciences criminologiques que pour les médias et le public. Le constat d'une tendance accrue à la violence repose-t-il vraiment sur des résultats empiriques ou résulte-t-il d'une perception alimentée par le pouvoir politique et les médias ?
Le congrès annuel d'Interlaken du Groupe suisse de criminologie portera précisément sur ces questions en 2008.
Cette manifestation débutera par des exposés préliminaires sur la valeur des données statistiques « dures » et par des réflexions théoriques sur la notion de violence. Le deuxième jour restituera les points de vue de l'individu, de la famille et de l'école sur la violence. Enfin, le dernier jour ouvrira une perspective plus large sur la façon dont l'ensemble de la société traite de cette question. La réunion s'achèvera sur une table ronde consacrée à la problématique des délinquants dangereux, située dans la tension permanente entre exigences populistes et impératifs d'exécution.
Le Groupe suisse de criminologie est convaincu que cette année encore, l'environnement chaleureux d'Interlaken permettra des échanges stimulants entre les représentants de différentes disciplines et ouvrira un nouveau dialogue fructueux entre la pratique et la théorie.


Cornelia Bessler, Benjamin F. Brägger, Volker Dittmann, Daniel Fink, Silvia Steiner, Fabienne Vogler